La chocolaterie Jouvenal, c’est tout d’abord une belle histoire.

Une histoire de passions, une histoire de famille.

Emile et Olympe Jouvenal devant leur magasin

Tout commence en 1900, au début du XXe siècle : Émile Jouvenal décide de rentrer en apprentissage dans une pâtisserie lyonnaise renommée.
Douze ans plus tard, il s’installe Rue de la République, à La Côte-Saint-André, en compagnie de sa jeune femme Olympe et devient ainsi son propre chef.
C’est à partir de 1912 que la Pâtisserie Jouvenal compte ses premiers fidèles à La Côte-Saint-André et aux alentours : ils viennent y acheter des Délices, des Berlioz, des brioches, des chaussons dont ils raffolent…

Maurice Jouvenal sur son char !

En 1944, Émile forme au métier de pâtissier et à la gourmandise un apprenti bien particulier : c’est son fils, Maurice. Après un passage chez Dalloyau, celui-ci reprendra l’entreprise familiale en 1953, épaulé par sa femme Odile. C’est grâce à lui que se développera l’activité de chocolaterie au sein de la maison Jouvenal.

Pierre & Brigitte Jouvenal

En 1970, c’est au tour de Pierre, leur fils, de rentrer en apprentissage chez son père. Ensuite, il part lui aussi à Paris parfaire son apprentissage et rentre au pays pour reprendre le flambeau, accompagné de Brigitte. Ils décident d’orienter la production vers la chocolaterie… toujours plus de chocolat sans pour autant laisser la pâtisserie de côté. Brigitte, grâce à son savoir-faire artistique, réalise des vitrines qui permettent de mettre en avant l’image de la maison et de montrer les créations de l’entreprise, tout en dirigeant cette nouvelle équipe qui s’agrandit (on passe à cette époque de 5 à 15 personnes).

Passionné par son métier et conscient de la gourmandise et de la curiosité que le chocolat éveille, Pierre décide d’ouvrir le Paradis du Chocolat. Il dédie ce musée à la gourmandise, à l’information, et à la défense du goût… du vrai.

Franck et Anne-Laure vont apparaitre...

Depuis 2009, les enfants de Pierre et Brigitte, Franck et Anne-Laure, sont présents dans l’entreprise. Franck, qui aura lui aussi été formé dans la maison familiale, y est revenu après avoir perfectionné ses connaissances dans de grandes maisons: à Bourgoin-Jallieu chez Scribante, à Lyon aux Délices des Sens, et chez Fauchon à Paris, des maisons qui lui ont appris à voir ses idées en grand… en très grand !